PRESERVATION

Projet Lion Fish Honduras
Nic Bach Roatán

INTRO
Le long des côtes de l’Amérique centrale, depuis le Yucatán au Mexique jusqu’au Honduras, s’étend la deuxième plus grande barrière de corail au monde, longue de plus de 960 km. Véritable trésor de biodiversité, elle est vitale pour le Honduras, qu’elle protège notamment des raz-de-marée et des tempêtes. Pour les scientifiques, ces grands récifs sont le miroir de la forêt tropicale, son double marin.

 

Le long de cette barrière de corail se joue un drame écologique : le poisson-lion (Pterois volitans), originaire du Pacifique, introduit en Floride accidentellement a envahi les Caraïbes où il n’a pas de prédateur naturel. Cette espèce est arrivée aux abords du Honduras et de Roatán vers 2009. D’après Nick Back, directeur exécutif du Roatán Marine Park, « on constate une incroyable croissance de population de poisson-lion, qui s’est un peu stabilisé mais c’est un problème pour toute la région ». Cette espèce envahissante constitue une véritable menace pour la biodiversité marine locale.

 

Pour lutter contre cette espèce envahissante, les équipes de Roatán Marine Park ont débuté un protocole original : ils tentent de modifier la chaîne alimentaire de l’écosystème corallien et apprennent aux espèces de poissons locales à se nourrir du poisson-lion. L’objectif est de contrôler le nombre de poissons nocifs pour l’écosystème. « Il y en aura toujours, mais si on peut diminuer leur nombre et éduquer les autres poissons à les manger, nous aurons réussi notre mission » confie Nick.

 

lion fish